leblog


Archive de la catégorie

Liste des articles dans la catégorie En bref.

Le Parfum d’Adam

leparfumdadam.jpgMot de l’éditeur

Pologne, printemps 2005. Juliette, jeune française, libère des animaux de laboratoire. Cette action militante va l’entraîner au coeur de l’écologie radicale… Des territoires indiens d’Amérique aux ghettos pour milliardaires du Lac Léman, ce roman explore le monde de l’écologie radicale consitutant selon le FBI la deuxième source de terrorisme mondial.

L’écologie en France est considérée comme une cause acquise et sympathique. Pourtant au niveau mondial, l’écologie radicale constitue selon le FBI la deuxième source de terrorisme.

A travers ce grand roman d’enquête, Jean-Christophe Rufin dévoile les paradoxes de la pensée écologique et va jusqu’à l’extrême bout de sa logique.

Il jette les bases d’une série déstinée à explorer les nouvelles réalités contemporaines, au carrefour de la médecine et de la politique internationale.

 

Le Mot de Moi

Un premier du genre, une autre vision de l’écologie, un point de vue auquel  on ne pense pas forcément,  le résultat est plutôt réussi, on pourrait se rapprocher de livres  de John Le Carre.

Personnellement j’ai aimé, même si cela fait méditer comme toujours sur les idées radicalistes.

Il vient de sortir, alors pour le format poche un peu de patience…

L’auteur

Jean-Christophe Rufin est né à Bourges le 28 juin 1952. Après le départ de son père, sa mère qui travaille à Paris, ne peut l’éduquer seule. Il est alors élevé par ses grands-parents. Son grand-père, médecin et résistant, a soigné les combattants de la Première Guerre mondiale et a été déporté deux ans à Buchenwald pour faits de résistance (il avait caché des résistants en 1940 dans sa maison de Bourges).

À 18 ans, Jean-Christophe Rufin revoit son père par hasard. «J’avais choisi, à Bourges, le premier dispensaire venu pour faire un vaccin. Une jeune femme qui y travaillait m’a demandé mon nom et a blêmi. C’était ma demi-sœur, elle m’a conduit auprès de notre père. Nos rapports ne furent jamais très bons.»

En 1975, il est reçu du premier coup au concours d’interne. Il travaille à l’hôpital Rothschild, en salle commune. Bien qu’ayant choisi la neurologie comme spécialité, il exerce en maternité.

En 1976, il part comme coopérant en Tunisie.

Comme médecin, il est l’un des pionniers du mouvement humanitaire ou hommiste « sans frontières » pour lequel il a dirigé de nombreuses missions en Afrique de l’Est et en Amérique latine.

Sa première mission humanitaire est menée en 1976 en Erythrée, alors ravagé par la guerre. Il y pénètre incognito avec les forces rebelles érythréennes au sein des bataillons humanitaires. Il y rencontre Azeb, qui deviendra sa deuxième femme.

Dans les années 1980, Jean-Christophe Rufin est directeur médical d’Action contre la faim (ACF) en Éthiopie.

Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris en 1980, il devient, en 1986, conseiller du secrétaire d’État aux droits de l’homme Claude Malhuret et publie son premier livre, Le Piège humanitaire, un essai sur les enjeux politiques de l’action humanitaire et les paradoxes des mouvements « sans frontières » qui, en aidant les populations, font le jeu des dictateurs.

Entre 1991-1993, il est vice-président de Médecins sans Frontières, mais quitte l’association au moment de la marche pour le Cambodge. Il reprend la médecine à mi-temps et devient administrateur de la Croix-Rouge française.

En 1993, il entre au cabinet Léotard, alors ministre de la Défense, comme conseiller spécialisé dans la réflexion stratégique sur les relations nord-sud. Directeur de recherches à l’Institut de relations internationales et stratégiques, il conduit la mission humanitaire française en Bosnie. Il fait libérer onze otages français détenus par les Serbes de Bosnie en sympathisant avec les geôliers et en s’obligeant à boire avec eux.

En 1995 il quitte le ministère de la Défense et devient attaché culturel au Nordeste brésilien puis dirige un pavillon de psychiatrie à l’hôpital Saint-Antoine à partir de 1997.

En 1999, il est au Kosovo comme administrateur de l’association Première Urgence. Il dirige à l’école de guerre un séminaire intitulé « ONU et maintien de la paix ».

Président d’ACF à partir de 2003, il quitte ses fonctions en juin 2006 pour se consacrer davantage à l’écriture. Il reste cependant président d’honneur de cette organisation non gouvernementale (ONG).

Jean-Christophe Ruffin a consacré plus de vingt ans de sa vie à travailler dans des ONG au Nicaragua, en Afghanistan, aux Philippines, au Rwanda et dans les Balkans. Cette expérience du terrain l’a conduit à examiner le rôle des ONG dans les situations de conflit, notamment dans l’essai Le Piège humanitaire (1986), et dans son troisième roman, Les Causes perdues (1999


Juste pour rire…

Image de prévisualisation YouTube


La fourrure revient en force, une honte !!!

Désolée pour la chronologie de mon blog mais je reprendrais après mon billet sur la Nouvelle Calédonie, mais là il faut que je crache mon venin…

Voilà on nous parle des défilés automne hiver 2007-2008, et qu’est ce que j’apprends ????

Que la fourrure revient en force, et on prétend être les plus évolués de notre planéte quelle mascarade!!!

A l’heure où l’on est, on peut se vêtir sans porter de cadavres, car c’est de cela qu’il s’agit ni plus ni moins.

Des bardes d’inventeurs nous ont crée des matières de toutes sortes pour lutter contre le froid qui sont  tout aussi efficaces si ce n’est plus que la fourrure,

Pour les inconditionnelles, on fait du faux qui ressemble à s’y méprendre au vrai.

Alors pourquoi vouloir continuer à mettre de la fourrure ???????

Franchement je ne comprends pas qu’on puisse vouloir tuer, massacrer, faire souffrir des bêtes, sous un quelconque prétexte de snobisme, je dois vraiment être idiote mais je ne comprends réellement pas…

Nous revenons à l’âge de pierre ou nous vivions dans les cavernes avec des peaux de bêtes pour se protéger du froid, car à cette époque eux n’avaient pas d’autres solutions, mais aujourd’hui, comment on peut adhérer à ce type de pratique ???

Posez vous la question, pour ceux qui mettent de la fourrure du mal qui est engendré envers les animaux pour le peu d’avantages que ça procure à l’humain. Regardez les reportages sur le massacre des animaux, imaginez ce qu’ils peuvent endurer, alors que de leur vivant si on prend la peine de les regarder, on peut s’apercevoir  de tout le bien  qu’ils peuvent nous apporter…

Il en est de même pour les chaussures en croco, l’ivoire, ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres.

Merci de penser aux animaux si ils vous venaient l’envie de mettre une peau de cadavre sur le dos, a-t-on besoin de cela pour être heureux ?


Nouvelle Calédonie 1

                                                                                                                  

        L’emblème…..nclogo.jpg

nc5.jpg 

 

Le Lagon…….. 

                                                                                                                       

                                                                                                                      images1.jpg C’est là…..

 La Nouvelle-Calédonie est un archipel d’océanie situé en Mélanésie – situé à quelques degrés au nord du Tropique du Capricorne. C’est une collectivité d’outre-mer rattachée à la France – dont elle est distante de près de 20 000 kilomètres – à statut particulier depuis la signature des accords de Nouméa dans l’attente d’un référendum local prévu en 2014 portant sur son indépendance ou son maintien au sein de
la République française. Sa superficie est d’environ 19 100 km². Elle est située dans l’océan Pacifique à 1500 km à l’est de l’Australie et à 2 000 km au nord de la Nouvelle-Zélande. Et pas loin du Vanuatu, anciennement les Nouvelles Hybrides qui ont pris leur indépendance il y a environ 30 ans.

Comme l’attestent des fragments de poterie Lapita retrouvés, les premiers habitants de
la Nouvelle-Calédonie auraient posé le pied sur le territoire, il y a environ 3 000 ans. On appelle Lapita la période de 1 300 à 200 av. J.-C. Durant la période suivante,
Naia Oundjo, les Canaques (hommes en langage polynésien) maîtrisent l’art de la pierre polie, et basent leur civilisation sur la culture de la terre (principalement ignames et taros). Lors de rituels guerriers, des tribus pratiquent aussi le cannibalisme.

Le 5 septembre 1774, le navigateur anglais James Cook aperçoit
la Grande Terre. Il la baptise « New Caledonia » en l’honneur de l’
Écosse. En effet, on dit que l’aspect des côtes lui aurait rappelé cette région de Grande-Bretagne, dont Cook est originaire (Caledonia est l’ancien nom latin de la province correspondant à l’Écosse britannique).

Il est probable qu’en 1788, l’expédition française conduite par La Pérouse reconnaît la côte Ouest à bord de l’Astrolabe et de
La Boussole, juste avant de sombrer dans un naufrage sur le récif de
Vanikoro aux Îles Salomon. En 1793, le contre-amiral français Antoine Bruny d’Entrecasteaux, parti en 1791 à la demande de Louis XVI pour retrouver La Pérouse, passe au large de la Nouvelle-Calédonie, reconnaît la Côte Ouest dela Grande Terre et se serait arrêté notamment aux Îles Loyauté. Néanmoins, on attribue la découverte de ces dernières à l’explorateur français Jules Dumont d’Urville en 1827 qui fût le premier à les situer précisément sur une carte.

Aprèsla Commune de Paris, la Nouvelle-Calédonie, sert de lieu de déportation pour de très nombreux anciens communards condamnés par les conseils de guerre mis en place par le gouvernement Thiers.

La Nouvelle-Calédonie est centrée autour d’une île principale, la Grande Terre. Elle comprend également plusieurs ensembles d’îles plus petites, les îles Belep au nord de la Grande Terre, l’île des Pins au sud,   les îles Loyauté à l’est (Ouvéa, Lifou, Tiga et Maré).

                                                         

                                                    L’ Iles des Pins …                                                iledespins.jpg      

       nc4.jpg

 

        Ouvéa…

                                                                                                 .ouvea1.jpg   

   ouvea.jpg

     La perruche d’Ouvéa …                                                                                                        ouvea2.jpg            

La Grande Terre est nettement plus grande que toutes les autres îles. Les îles Loyauté, Lifou, Maré, Ouvéa, Tiga, sont situées à une centaine de kilomètres au large..

La lagon calédonien a une surface totale de 24 000 km², ce qui en fait l’un des plus grands lagons du monde (et que l’on présente également généralement comme « le plus beau lagon du monde » ) ; il est ceinturé par une barrière de corail d’une longueur de 1 600 km, située entre 10 et 50 km des terres. La température des eaux varie entre 21 et 28°.

Le territoire jouit d’un climat tropical océanique . La température annuelle moyenne est de 22,5°. On partage l’année en deux saisons : la saison chaude, ou été austral, de mi-novembre à mi-avril, avec des températures maximale de 28 à 30° (mais pouvant aisément dépasser les 30°), commence avec une période de forte sécheresse mais finit avec de forts taux d’humidité. Elle comprend également la saison des cyclones qui peut s’étirer de fin-décembre à mai. La saison fraîche est plus sèche, avec en moyenne des températures de 20 à 23°.

La côte Est, humide, présente des paysages tropicaux (palmiers…) tandis que la côte ouest, plus sèche, offre un paysage de brousse.

La capitale du pays, Nouméa, en est aussi la principale ville. Elle compte 91 386 habitants au dernier recensement de 2004. Le Grand Nouméa (avec les communes voisines de Païta, Dumbéa et Mont Dore) compte 146 000 habitants.

La Nouvelle-Calédonie est aussi dénommée familièrement par les descendants de colons français et les zoreilles « le Caillou », tandis que le terme « Kanaky » a une connotation indépendantiste et identitaire en référence au terme kanak, terme d’origine hawaiienne, répandu dans le Pacifique par les  navigateurs européens.

                                                 .kanak.jpg

Le français est la langue officielle, mais il existe 28 langues locales (qui sont des langues austronésiennes) dont quatre ont le statut (entre autres pour des raisons historiques) de « langue régionale » : Les autres langues parlées par les communautés vivant dans l’archipel sont le bichelamar, le wallisien, le futunien, le tahitien le vietnamien et l’indonésien.


La Nouvelle-Calédonie se distingue notamment par une
biodiversité d’une étonnante richesse et originalité. Le taux d’endémicité est le plus élevé au monde.


La Nouvelle-Calédonie est peuplée de différents groupes ethniques :

  • les mélanésiens (les Kanak ou canaques)

  • les descendants d’européens historiques souvent métissés (les Caldoches, principalement d’origine française, notamment alsaciens-lorrains ayant quitté leur région après l’annexion de l’Alsace-Lorraine par l’Allemagne après 1870).Mais on retrouve plus généralement les descendants des anciens prisonniers français lors de la fameuse période du bagne.(Période coloniale)

  • les autres Polynésiens du sud (dont les Wallisiens et Futuniens),

  • les Européens issus d’une immigration plus récente datant de la deuxième moitié du XXe siècle, et principalement d’origine française

  • divers groupes asiatiques historiques (notamment indonésiens et vietnamiens).

  • il existe également en Nouvelle-Calédonie des descendants des déportés musulmans de la révolte de Mokrani (Algérie), parfois dénommés les Kabyles du Pacifique et d’engagés indiens d’origine réunionnaise venus sous l’impulsion de Gabriel Le Coat de Kerveguen, grand propriétaire cannier réunionnais désireux de faire cultiver la canne à sucre en Nouvelle Calédonie (région de
    la Naïna).

D’autre part, l’attractivité économique de la Nouvelle-Calédonie favorise une immigration importante de populations polynésiennes (notamment de Wallis-et-Futuna, que l’État français tente de freiner par un important programme de développement spécifique à Wallis-et-Futuna, et à la Polynésie française). Aujourd’hui les wallisiens par exemple y sont plus nombreux qu’à Wallis-et-Futuna, et des conflits ethniques se produisent avec les mélanésiens .


La Nouvelle-Calédonie détient plus de 20% des réserves mondiales connues de
nickel. L’économie locale a beaucoup souffert de la baisse des cours de ce métal dans les années 90 et qui représente le principal produit d’exportation.

L’agriculture est peu développée du fait du manque de terre cultivable et le territoire doit importer des denrée alimentaires, faute d’autosuffisance (20% des importations).

Les autres sources de revenu du territoire sont :

  • le tourisme, en provenance du Japon, de l’Australie et de Nouvelle-Zélande

  • et surtout les transferts financiers depuis la métropole (35% du PIB du territoire)

Le Kaneka est une forme musicale née au milieu des années 80, lors des événements politiques qui ont secoué l’île. Le Kaneka trouve son origine dans le battement binaire produit sur un tronc d’arbre central lors du « Pilou », rythme traditionnellement utilisé lors des cérémonies tribales kanak. Le meilleur représentant de ce style est la troupe de danseurs We Ce Ca, mené par le chanteur Tim Sameke, qui mêle chorégraphies traditionnelles et musiques adaptant le Kaneka à un style plus moderne, avec notamment l’introduction de sons et de rythmiques électroniques, qui ont rendu ce groupe particulièrement populaire.

foretnoyee.jpg  Le parc de la Rivière Bleue et sa célèbre forêt noyée, dans le Sud

                                                                     Yaté, le Sud….   yate.jpg                                      

 fougere.jpg   Une fougére arborescente………..

                                                                                                              Une jolie fleur………. nc3.jpg

 chambranle.jpg Un chambranle, à l’entrée des cases traditionnelles……

 

 

 

 


3 ans 1/2

J’aimerais vous faire partager 3 ans et demi de ma vie à l’autre bout du monde….

La Nouvelle Calédonie, voilà j’y ai vécu durant cette période,

Dans un premier temps je vais essayer de vous faire connaître l’île qu’on nomme LE CAILLOU, à travers différents articles piqués de ci de là, il en est de même pour les photos , et oui avec une photo argentique il est difficile de la télécharger!!!!

Dans un deuxième temps, des anedoctes ou des choses peut être plus locales ou personnelles….


Une petite note de musique…

Je vous parle d’un temps
Que les moins de vingt ans
Ne peuvent pas connaître
Montmartre en ce temps-là
Accrochait ses lilas
Jusque sous nos fenêtres
Et si l’humble garni
Qui nous servait de nid
Ne payait pas de mine
C’est là qu’on s’est connu
Moi qui criait famine
Et toi qui posais nue

La bohème, la bohème
Ça voulait dire on est heureux
La bohème, la bohème
Nous ne mangions qu’un jour sur deux

Dans les cafés voisins
Nous étions quelques-uns
Qui attendions la gloire
Et bien que miséreux
Avec le ventre creux
Nous ne cessions d’y croire
Et quand quelque bistro
Contre un bon repas chaud
Nous prenait une toile
Nous récitions des vers
Groupés autour du poêle
En oubliant l’hiver

La bohème, la bohème
Ça voulait dire tu es jolie
La bohème, la bohème
Et nous avions tous du génie

Souvent il m’arrivait
Devant mon chevalet
De passer des nuits blanches
Retouchant le dessin
De la ligne d’un sein
Du galbe d’une hanche
Et ce n’est qu’au matin
Qu’on s’asseyait enfin
Devant un café-crème
Epuisés mais ravis
Fallait-il que l’on s’aime
Et qu’on aime la vie

La bohème, la bohème
Ça voulait dire on a vingt ans
La bohème, la bohème
Et nous vivions de l’air du temps

Quand au hasard des jours
Je m’en vais faire un tour
A mon ancienne adresse
Je ne reconnais plus
Ni les murs, ni les rues
Qui ont vu ma jeunesse
En haut d’un escalier
Je cherche l’atelier
Dont plus rien ne subsiste
Dans son nouveau décor
Montmartre semble triste
Et les lilas sont morts

La bohème, la bohème
On était jeunes, on était fous
La bohème, la bohème
Ça ne veut plus rien dire du tout

Une autre….pour le plaisir….

Ils sont venus, ils sont tous là dès qu’ils ont entendus ce cri
Elle va mourir, La Mama
Ils sont venus, ils sont tous là, même ceux du sud de l’Italie
y a même Giorgio le fils maudit, avec des présents pleins les bras
Tous les enfants jouent en silence, autour du lit sur le carreau
Mais leurs jeux n’ont pas d’importances, c’est un peu leur dernier cadeaux
A la Mama.

On la réchauffe de baisers, on lui remonte ses oreillers
Elle va mourir la Mama
Sainte Marie pleine de glace, dont la statue est sur la place
Bien sur, vous lui tendez les bras en lui chantant Ave Maria
Ave Maria
Ya tant d’amours, de souvenirs, autour de toi toi la Mama
Ya tant de larmes et de sourires, à travers toi toi la Mama

Et tous les hommes ont eu si chaud, sur les chemins de grand soleil
Elle va mourir la Mama
Il boivent frais le vin nouveau, le bon vin de la bonne treille
Tandis que s’entassent pèle mêle, sur les bancs foulards et chapeaux
C’est drôle on ne sens pas triste, près du grand lit de l’affection
Y a même un oncle guitariste qui joue en faisant attention
A la Mama

Et les femmes se souvenant, des chansons tristes des veillées
Elle va mourir la Mama
Tout doucement les yeux fermés, chante comme on berce un enfant
Après une bonne journée, pour qu’il sourit en s’endormant

Ave Maria
Ya tant d’amours, de souvenirs, autour de toi toi la Mama
Ya tant de larmes et de sourires, à travers toi toi la Mama
Que jamais, jamais, jamais…
Tu nous quitteras.

C’est juste que j’aime ces deux chansons, pour que comme moi vous preniez plaisir à les fredonnder


Merci

imagesca6pp92k.jpg

Incroyable !!!!

Je me connecte et je vois que j’ai eu la barre des 1000 visites depuis la création de mon blog, bien sûr ce n’est pas un concours néanmoins je veux vous dire à tous merci, de vos passages, de vos commentaires, de nos échanges sur blogs interposés, j’espère que cela continuera…..

Car cela reste un vrai plaisir de visiter vos blogs, de lire  vos billets, visionner vos photos, goûter à vos recettes, connaître vos convictions, partager vos petits bonheurs,  de pouvoir consulter des sujets sur lesquels on ne connaissait pas grand chose….

Enfin bref pour résumer, l’échange.

Merci et bonne continuation à tous et toutes.

leblog


On mange quoi ?

salade.jpgsalade.jpgLa sampitternellle question ????

Je ne suis pas fan mais vraiment pas fan de viande alors forcément niveau recettes ça limite notamment en ce qui concerne la cuisine française : boeuf bourguignon, blanquette de veau et j’en passe…

Alors je compose, tiens ça tombe bien car quoi de plus facile que de composer une salade ????

(Même si je suis capable de me faire 3 fois par semaine des pâtes au four, tendre souvenir de mon enfance, vu que je ne voulais rien manger d’autre.)

Facile, assez rapide, pour tous les goûts, voilà c’est simple et en plus on en  profite pour manger des choses saines !!!!

Bon ma cops de trois deux.unblog va croire que je me suis inspirée de son sujet mais il n’en est rien juste de mon repas de ce soir.

Une délicieuse salade de chèvre chaud (avec crottin of course !!!) salade, tomates, soja (pour la santé) puis graines de  salade, noix (toujours pour la santé), raisin (toujours et encore pour la santé), roquefort… et puis ce que nous avons sous la main, !!!

Au final une salade jamais identique pleine de fantaisie qui raviront petits et grands à adapter aux besoins et envies de chacun, car comme je suis gourmande je me suis rajoutée du munster avec du cumin…

si il y avait eu mon père j’aurai mis du jambon ou un truc du genre, c’est un vrai carnassier lui….

blinkie05105.gif

Si vous avez un chat vous pouvez lui acheter une boite de thon au naturel il sera ravi, et toute la famille  au grand complet sera enchantée…

imagesca8rvmtn.jpg   Une classique que je me trimbale depuis plus de 15 ans elle est pas de moi mais du restaurant qu’on appelle « Chez Papa », spécialités du sud ouest. Je ne garantie rien en ce qui concerne le restaurant, cela fait trop lontemps que je n’y suis pas allée…

 Il faut de la salade, des tomates, des pommes de  terre sautées, jambon cru ou style bayonne, roquefort, cantal ou comté ou gruyère, et en facultatif un ou des oeufs au plat…

Tout mettre ensemble avec les pommes de terre chaude qui vont faire fondre un peu le fromage et savourer…

Bon appétit.


Blood diamond

18711805vign.jpg    

  Le sujet du film je crois dont tout le monde en a entendu parler…

La guerre civile en Sierra Leone, le trafic de diamants, les enfants endoctrinés dès le plus jeune âge, programmés à la tuerie, le mercenaire sud- américain. 

En bref, un film Américain, une grande production, d’habitude, je  ne suis pas fan mais là, j’ai eu les larmes aux yeux, la chair de poule et je me demande comment l’homme peut commettre de telles atrocités au nom de l’argent, la naïve allez vous pensez.

En fait les critiques nous parlent du film comme un excellent film d’action avec pour toile de fond ce qui reste à mon goût l’essentiel du film : le sujet c’est à dire ce que je viens d’évoquer plus haut !!! 

Le film même si l’ensemble est romancé parle d’un sujet qui est bien réel, cela fera peut être une piqûre de rappel aux uns ou une prise de conscience aux autres ou bien rien du tout. 

Le tout servi avec de superbes paysages et des acteurs qui donnent toute la profondeur voulue aux personnages, (d’autant plus que Leonardo DiCaprio a un faux air de famille avec mon cousin). 

Quelques phrases : 

Edward Zwick :

« Les « diamants de la guerre » sont des pierres précieuses, exportées en secret de pays en conflit. Ils servent à acheter des armes, qui provoqueront encore plus de morts et de destructions. Bien qu’ils ne représentent qu’une infime partie des ventes mondiales de joyaux, ils permettent d’acquérir quantité d’armes légères. À la fin des années 1990, des ONG comme Amnesty International, Global Witness et Partnership Africa-Canada leur ont donné un nom : « blood diamonds ». Je n’avais encore qu’une vague idée de leur rôle lorsque Paula  Weinstein m’adressa ce scénario. Plus j’en ai appris à leur sujet, plus j’ai été horrifié, et plus j’ai été décidé à raconter cette histoire. » 

«  La conscience politique peut être éveillée par une œuvre de divertissement autant que par des discours. Rien ne nous interdit de traiter un thème provocant par le biais d’une histoire palpitante. En tant que réalisateur, je désire avant tout divertir, mais il est permis d’espérer faire bouger les choses en aidant les gens à prendre conscience des problèmes de notre temps. Un film, un livre, une œuvre d’art ne changent pas à eux seuls la face du monde, mais ils vous permettent au moins de faire entendre votre voix. » 

« Le drame des enfants soldats prit à l’époque une résonance particulière. L’exploitation de ces jeunes m’apparut indissolublement liée à celles des ressources du tiers-monde. C’est pour m’en souvenir au début de chaque jour de tournage que j’ai écrit sur la couverture de mon script : « Le joyau, c’est l’enfant. » 

« Son Cry Freetown est la source la plus précise et la plus complète sur la guerre civile de
la Sierra Leone. Alors que de nombreux journalistes avaient pris la fuite et qu’une bonne partie du monde avait choisi de fermer les yeux sur ce drame, Sorious Samura resta sur place et filma les événements. »

Si vous avez aimez Blood diamond :

A voir ou à revoir « Hôtel Rwanda » par Terry George

hotelrwanda.jpg  L’histoire vraie, pendant le génocide rwandais, de Paul Rusesabagina, un hôtelier responsable du sauvetage de milliers de personnes.

A lire ou à relire « Danse du léopard » par Lieve Joris

images.jpg  Au moment où Lieve Joris arrive au Congo (1997), les enfants-soldats de Laurent-Désiré Kabila prennent le contrôle de Lubumbashi. Le « Lion » a vaincu le « Léopard » Mobutu. Seize mois plus tard, Lieve Joris est encore sur place lorsque les « rebelles » tentent de renverser le nouveau régime. Tout ce qui s’est passé entre-temps est consigné au long de ces pages saisissantes. Dans les vestiges du palais équatorial de l’ancien président Mobutu, sur un bateau fluvial parti récupérer une cohorte de réfugiés hutu, au procès des rivaux de Kabila, ou encore dans un véhicule de l’armée qui la reconduit fermement vers Kinshasa, jamais Lieve Joris ne cesse de donner la parole aux Africains qu’elle rencontre.
Alors, peu à peu, prend forme l’inimaginable réalité d’un pays désemparé et chaotique, sur lequel elle pose un regard plein de respect, d’amitié et d’intransigeance.
Née en Belgique, Lieve Joris a beaucoup voyagé en Afrique, au Moyen-Orient et en Europe de l’Est. Auteur de plusieurs récits de voyage publiés en France par Actes Sud, elle a notamment reçu le prix de l’Astrolabe « Etonnants voyageurs » pour Mali Blues (Actes Sud, 1999).


12

La vie est belle!!! |
le Blog des copains... |
Fernand@ntonin Productions |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Master SEER
| All you need is love
| Entre autres considérations