leblog


  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 2 mai 2007

Rudolf Noureev

noureev.jpg  Rudolf Hametovitch Noureev (ou Nouriev ou Noureyev, en russe Рудольф Хаметович Нуриев, en tatare Rudolf Xämät ulı Nuriev) est un danseur étoile né le 17 mars 1938 en Russie pendant un voyage en train un peu avant Irkoutsk vers Vladivostok. Après avoir été danseur soliste au Kirov, il se fait naturaliser autrichien. Il était doté d’une technique exemplaire.

Il fut l’un des meilleurs interprètes du répertoire classique, mais il affirma aussi son talent dans la danse moderne.

En 1963, il danse dans Marguerite et Armand avec Margot Fonteyn au Royal Opera House de Londres, puis dans Bach Suite en 1983. Également chorégraphe, il fut directeur de la danse à l’Opéra de Paris (1983-1989). Admirateur de l’école française et inconditionnel de Bournonville et de Petipa, luttant contre la mort, il remonte deux œuvres de ce dernier : Raymonda (1898) et La Bayadère (1877).

Ce fut aussi l’un des premiers danseurs qui s’intéressa de nouveau au répertoire baroque.

Il est décédé du sida le 6 janvier 1993 près de Paris. Il est enterré au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne).

 

Biographie chronologique :

Jeudi 17 mars 1938 : Son père l’enregistre le 4 avril à la mairie de Razdolnaïa, la ville la plus proche de son camp militaire. Aucun témoin ne peut donner précisément son heure de naissance, la nuit tombe très tôt en Sibérie à cette période de l’année. Pendant 16 mois, il vivra sur la base d’artillerie de Razdolnaïa.

  • Juillet 1939 : ses sœurs, sa mère et lui prennent le Transsibérien (14 jours de voyage) pour gagner Moscou, où Hamet est muté.

  • Jusqu’en 1945 : Hamet sert sur le second front en Ukraine avec le grade de lieutenant de l’Armée rouge.

  • Octobre 1941 : ses sœurs, sa mère et lui quittent Moscou, suite aux premiers bombardements. Ils arrivent à Tchichouana. Ils vivaient là dans une pièce de 9 m² avec un vieux couple de près de quatre-vingts ans.

  • Printemps 1942 : ils emménagent à Oufa, chez un oncle de son père qui a gardé le nom de Fasli. Ils habitent à l’angle des rues Svedlova et Zentsova avec une autre famille, dans un appartement de 14 m². Hamet est promu capitaine, mais envoie de rares missives aux siens.

  • 1945 : à 7 ans, Rudolf entre à la « grande école », située d’abord rue Svedlova puis Aktsatva. La danse entre pour la première fois dans sa vie : les cours de chant et danse sur les chants folkloriques bachkirs sont obligatoires.

  • 31 décembre 1945 : la compagnie de danse d’Oufa, accompagnée de danseurs réfugiés du Bolchoï et du Kirov, donnen un représentation à l’Opéra d’Oufa. Rudolf est sous le choc en voyant le premier ballet, Le Chant des cigognes, avec la danseuse étoile bachkire formée à Leningrad, Laïtuna Nazretdinova, dans une chorégraphie de Nina Anisimova. Il décide de devenir danseur.

  • Août 1946 : Hamet rentre pour la première fois à la maison. Il revoit sa famille qu’il n’avait plus vue depuis plus de 6 ans. Il va perturber entièrement la routine installée depuis lors. Il va vouloir « viriliser » les activités de son fils unique, le privant de danse et l’initiant vainement à la pêche.

  • 1946 : la famille déménage au n° 37 de la rue Zentov. Rudolf participe au spectacle de danse des Jeunes Guides. Il veut apprendre le piano, son père le lui interdit.

  • 1949 : Oudeltsova, ancienne danseuse des Ballets russes de Diaghilev, devient son professeur de danse privé. Il prend des cours deux fois par semaine gratuitement. Il y reste 18 mois, le temps d’apprendre les bases de la danse classique. On lui conseille de prendre des cours avec Elena Konstantinova Vaïtovitch, maîtresse du ballet à l’Opéra d’Oufa, mais son père refuse. Il finira par suivre des cours avec elle, en cachette.

  • À 16 ans on lui offre un premier rôle de figurant pour l’Opéra d’Oufa (10 roubles par soirée). Il quitte l’école traditionnelle pour l’école de la Jeunesse Ouvrière.

  • Vers 1954 : Rudolf finit par économiser suffisamment pour se rendre à Moscou, mais il dort dans la rue. Après une courte escapade, il retourne à Oufa. Victor Kranstovitch Parinas, professeur à l’Opéra de la ville, propose de l’engager définitivement dans son corps de ballet.

  • 2 juillet 1955 : il reçoit une convocation pour passer l’examen d’entrée à l’école de ballet de Saint-Pétersbourg. À la même époque, il participe à une tournée organisée par l’Opéra d’Oufa allant jusqu’à Moscou. Il s’agit d’une décade d’art bachkir. Suite à une audition avec Asaf Masserer, l’un des plus grands danseurs russes et figure légendaire du Bolchoï, il est admis à ce théâtre. Malheureusement, l’école n’a pas d’internat, il doit donc y renoncer : sans bourse et sans l’aide de sa famille c’est impossible.

  • 1955-1958 : études à l’École Vaganova de Léningrad, avec le maître Alexandre Pouchkine.

  • 1959-1961 : admis dans le corps de ballet du Kirov, il en devient vite soliste (Le Corsaire, Don Quichotte, Le Lac des cygnes, La Belle au bois dormant).

  •  Image de prévisualisation YouTube

  • 17 juin 1961 : en tournée en France avec le Kirov (La Bayadère), insoumis, il demande l’asile politique à l’aérodrome du Bourget. Il est engagé dans les Ballets du Marquis de Cuevas.

  • 1962 : débuts au Covent Garden de Londres (Giselle avec Margot Fonteyn). Interprète exceptionnel des créations de Frederick Ashton, Rudi van Dantzig, Roland Petit, Maurice Béjart, George Balanchine, Glen Tetley, Martha Graham et Murray Louis. Il remonte et adapte les ballets de Marius Petipa.

  • Septembre 1983 : nommé directeur de la Danse à l’Opéra de Paris.

  • Novembre 1989 : il revient sur la scène du Kirov de Léningrad après 28 ans d’exil. Il quitte son poste de directeur de la Danse mais en reste le chorégraphe principal.

Noureev est fait Chevalier de la Légion d’honneur en 1988 et Commandeur des Arts et des Lettres en 1992. Il meurt à Paris le 6 janvier 1993.

Lorsque le sida apparaît en France, aux alentours de 1982, Noureev, à l’image de nombreux homosexuels, n’y prend pas garde. Il est probablement infecté par le VIH au début des années 1980. Pendant de nombreuses années, il a nié le fait ; lorsque, vers 1990, il devient malade de façon évidente, il fait semblant d’être atteint de nombreuses autres maladies. Il essaie plusieurs traitements expérimentaux, qui ne ralentissent pas la dégénérescence inéluctable de son corps.

Il doit cependant finalement affronter la réalité. À cette époque, son courage suscite l’admiration de beaucoup de ses détracteurs. Sa déchéance physique le fait souffrir, mais il continue à se battre en se montrant en public. Au cours de sa dernière apparition publique, lors d’une représentation de La Bayadère au Palais Garnier, le public lui fait une ovation debout. Le ministre de la culture Jack Lang lui remet la plus haute récompense culturelle, le faisant chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.

Il meurt à Levallois-Perret quelques mois plus tard, à l’âge de 54 ans.

sida.jpg   Aujourd’hui on parle moins du sida, mais c’est une maladie qui existe toujours, il ne faut pas l’oublier.

Continuons d’en informer les plus jeunes (parfois mêmes ceux qui le sont moins).


La vie est belle!!! |
le Blog des copains... |
Fernand@ntonin Productions |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Master SEER
| All you need is love
| Entre autres considérations