leblog


« | Accueil | »

L’ombre du vent – Carlos Ruiz Zafon

lombre.jpg    La biographie de l’auteur :

Carlos Ruíz Zafón (Barcelone, 1964) est un auteur espagnol. Ruíz Zafón écrit principalement en castillan. Il habite depuis 1994 à Los Angeles où il écrit des scénarios de films.

A l’âge de quatorze ans, Carlos Ruiz Zafon écrit son premier roman, une histoire truculante de 500 pages. À dix-neuf ans, il choisit pourtant de faire carrière dans la publicité, qu’il quitte rapidement pour se consacrer à son roman El principe de las tinieblas (Le prince du brouillard, 1993) qui a gagné le prix de la jeunesse d’Edebé en 2000.

Son deuxième roman La sombra del viento, un roman qui a reçu un accueil chaleureux de la critique et le prix Planeta en 2004, a été traduit en catalan, en anglais, en allemand et en français. Il a été sélectionné dans les romans étrangers pour le prix Femina 2004. Il a reçu aussi de nombreux prix, en France, le Prix des Amis du Scribe et le Prix Michelet en 2005, au Québec, le Prix des libraires du Québec 2005 (Roman hors Québec).

La littérature de Charles Ruiz Zafón est caractérisée par un style très élaboré avec une grande influence de la narration audiovisuelle, d’une esthétique gothique et expressionniste et la combinaison de beaucoup d’éléments narratifs dans un registre(contrôle) techniquement parfait. Cette technique impeccable et un domaine extraordinaire du langage et de la structure narrative lui permet de combiner des éléments différents, du roman traditionnel du XIXe siècle à un emploi impactant des images et des tissures de grande force sensorielle. Ruiz Zafón est de la même manière un grand créateur de personnages, lequel joint à son expert un domaine de la tension et de la construction des narrations lui permet d’articuler des trames de complexité extraordinaire avec une simplicité et une facilité trompeuse.

 Le mot de l’éditeur :

Dans la Barcelone de l’après-guerre civile,  » ville des prodiges  » marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours.
Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon – Daniel Sempere, le narrateur – dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L’enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d’occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y  » adopter  » un volume parmi des centaines de milliers.
Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets  » enterrés dans l’âme de la ville  » : L’Ombre du Vent. Avec ce tableau historique, roman d’apprentissage évoquant les émois de l’adolescence, récit fantastique dans la pure tradition du Fantôme de l’Opéra ou du Maître et Marguerite, énigme où les mystères s’emboîtent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafon mêle inextricablement la littérature et la vie.

Le mot de Moi :

Je ne sais pas si ce livre est de la grande littérature, mais là n’est pas l’important, j’ai commencé ce livre et je me suis complétement laissée envahir par l’histoire, j’ai vécu ce livre aux travers de ces personnages et de leurs histoires, j’étais pendue à leurs destins. Inutile de vous dire que j’ai aimé !!!!

A lire si vous aimez, les histoires alambiquées, les destins croisés, un brin de surréalisme, une dose de sentiment, des rêves d’enfant, un peu de folie….laissez vous tenter.


  1. zara whites écrit:

    personellement je me suis engagée avec la France en action…seul parti pour moi qui s’interesse à nous tous; animaux, planéte, handicapés, pauvres, riches, etc…..

    Citer | Posté 2 mai, 2007, 18:35
  2. christophe ozaneaux écrit:

    L’ombre du vent est une pure merveille de la littérature. Je l’ai fait lire à une nièce qui a adoré. Malheureusement, le raconter serait trahir la passion du lecteur. Sur ce point, donc, je l’invite à se le procurer au plus tôt.
    Je ferai cependant une exception à la règle de la confidentialité : l’initiation de l’enfant au livre. Un secret de polichinelle puisqu’on en trouve le résumé sur la quatrième de couverture. Le père, bouquiniste, emmène son fils au Cimetière des Livres Oubliés. Le petit garçon doit adopter un livre qu’il choisira parmi les milliers de volumes. Un rite initiatique à la lecture.

    Citer | Posté 1 octobre, 2008, 1:09
  3. Mademoiselle Swann écrit:

    L’ombre du vent est un fabuleux roman, un bijou littéraire façonné méticuleusement par un écrivain formidable! Mes seules déceptions: refermer ce livre et que les autres ouvrages de l’auteur ne soient pas encore traduits en français, si mes sources sont exactes…

    Citer | Posté 28 octobre, 2008, 18:33
  4. isabelle écrit:

    c’est un livre certes passionnant tout ce que vous voulez ! des personnages attachants ayant tous un defaut et une qualité mais le personnage qui ma fait rire , decouvrir , comprendre c’est ce fermin romeo de torres ! personnage n’ayant pas beaucoup d’argent , d’aisance financiére mais un gros coeur et de connaissance sur la vie ! au point de ce dire est-ce que c’est pas l’argent qui compte un simple banc sur une rue peut te montrer et t’apprendre plus qu’une liasse de billets !

    Citer | Posté 21 avril, 2011, 17:14
  5. ioanna y écrit:

    isabelle said:

    c’est un livre certes passionnant tout ce que vous voulez ! des personnages attachants ayant tous un defaut et une qualité mais le personnage qui ma fait rire , decouvrir , comprendre c’est ce fermin romeo de torres ! personnage n’ayant pas beaucoup d’argent , d’aisance financiére mais un gros coeur et de connaissance sur la vie ! au point de ce dire que ce n’est pas l’argent qui compte un simple banc sur une rue peut te montrer et t’apprendre plus qu’une liasse de billets !oui ! j’ai appris a apprecier ce personnage comme s’il était un sugus au citron ,un rapport sucré où la pointe d’acidité du citron n’a fait qu’en relever le goût. on n’en veux toujours et toujours de l’humour et de cet esprit clairvoyant sur la vie porté par fermin mais le livre tout entier a été pour moi comme un bonbon de sugus !

    la vie c’est comme un roman des decouvertes , des connaissances , des tristesses …..

    Citer | Posté 21 avril, 2011, 17:28

Laisser un commentaire

La vie est belle!!! |
le Blog des copains... |
Fernand@ntonin Productions |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Master SEER
| All you need is love
| Entre autres considérations