leblog


Le qui a dit quoi politique – réponses

N° 1 : « L’éducation doit devenir une priorité avec les moyens et les personnels sttuaires suffisant pour assurer l’égalité d’accès au savoir pour tous les enfants » – José Bové

N° 2 : « Ma vision de la France est réaliste et humaine car elle vise à assurer à chaque Français, quels que soient sa race, sa religion, ses choix personnels ou sa condition sociale, le choix de son avenir et la priorité dans son propre pays » – Jean Marie Le Pen

N°3 : « Tous, nous voulons la réouverture des bureaux de poste dans toutes les communes, tous, nous voulons la réouverture de nos écoles communales et de nos classes, nous voulons l’abrogation des lois antilaïques, nous voulons défendre tous les emplois, dans l’industrie, dans l’agriculture, nous voulons la réouverture de nos hôpitaux et de nos maternités » – Gérard Schivardi

N°4 : « Augmenter le budget de la recherche de 5% par an pendant dix ans. Exempter d’impôt les revenus des brevets déposés par les chercheurs résidant en france » – François Bayrou

N°5 : « Relancer l’emploi, c’est faire le choix de bons salaires, d’une Sécurité d’emploi et de formation pour toutes et tous, c’est faire le choix d’une politique industrielle et de recherche dynamique qui développe le potentiel de notre pays » -  Marie – George Buffet

N°6 : « Nous allons bâtir ensemble un ordre juste : faire reculer les précarités, les ingégalités, les brutalités, les violences ; assurer les sécurités nouvelles de l’emploi, des salaires et des retraites, du logement et de la santé » – Ségolène Royal

N°7 : « Pour éradiquer la pauvreté  et faire cesser la violence et les humiliations. Pour en finir avec la compétition acharnée, l’angoisse de la précarité et le stress au travail » – Dominique Voynet

N°8 : « Je favorisai fiscalement les petites entreprises qui créént de l’emploi plutôt que de subventionner les multinationales qui licencient et délocalisent pour accroître leurs profits. J’encouragerai l’apprentissage. » – Philippe de Villiers

N°9 : « L’état, de son côté, peut et doit créer des emplois dans les services publics qui se dégradent tous, faute d’effectifs en nombre suffisant. Il faut embaucher le personnel nécessaire danjs les hôpitaux publics, dans les maisons de retraite, à l’Education nationale, dans les transports publics. » – Arlette Laguiller

 N°10 : « Je demanderai aux entreprises de faire un effort sur les salaires, en contrpartie de l’effort de l’Etat sur les allégements des charges, et je garantirai l’égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes. » – Nicolas Sarkozy

N°11 : « Interdire à vie toutes responsabilités  publiques, associatives ou électorales pour tout élu ayant été condamné dans des affaires financières ou au pénal. » – Frédéric Nihous

N°12 : « L’éducation, la santé, l’énergie, la culture, l’eau, les télécommunications ou les transports…ne sont pas des marchandises. Ils doivent revenir à une logique de service public. » - Olivier Besancenot

Certains sont étonnants non ?


L’ombre du vent – Carlos Ruiz Zafon

lombre.jpg    La biographie de l’auteur :

Carlos Ruíz Zafón (Barcelone, 1964) est un auteur espagnol. Ruíz Zafón écrit principalement en castillan. Il habite depuis 1994 à Los Angeles où il écrit des scénarios de films.

A l’âge de quatorze ans, Carlos Ruiz Zafon écrit son premier roman, une histoire truculante de 500 pages. À dix-neuf ans, il choisit pourtant de faire carrière dans la publicité, qu’il quitte rapidement pour se consacrer à son roman El principe de las tinieblas (Le prince du brouillard, 1993) qui a gagné le prix de la jeunesse d’Edebé en 2000.

Son deuxième roman La sombra del viento, un roman qui a reçu un accueil chaleureux de la critique et le prix Planeta en 2004, a été traduit en catalan, en anglais, en allemand et en français. Il a été sélectionné dans les romans étrangers pour le prix Femina 2004. Il a reçu aussi de nombreux prix, en France, le Prix des Amis du Scribe et le Prix Michelet en 2005, au Québec, le Prix des libraires du Québec 2005 (Roman hors Québec).

La littérature de Charles Ruiz Zafón est caractérisée par un style très élaboré avec une grande influence de la narration audiovisuelle, d’une esthétique gothique et expressionniste et la combinaison de beaucoup d’éléments narratifs dans un registre(contrôle) techniquement parfait. Cette technique impeccable et un domaine extraordinaire du langage et de la structure narrative lui permet de combiner des éléments différents, du roman traditionnel du XIXe siècle à un emploi impactant des images et des tissures de grande force sensorielle. Ruiz Zafón est de la même manière un grand créateur de personnages, lequel joint à son expert un domaine de la tension et de la construction des narrations lui permet d’articuler des trames de complexité extraordinaire avec une simplicité et une facilité trompeuse.

 Le mot de l’éditeur :

Dans la Barcelone de l’après-guerre civile,  » ville des prodiges  » marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours.
Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon – Daniel Sempere, le narrateur – dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L’enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d’occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y  » adopter  » un volume parmi des centaines de milliers.
Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets  » enterrés dans l’âme de la ville  » : L’Ombre du Vent. Avec ce tableau historique, roman d’apprentissage évoquant les émois de l’adolescence, récit fantastique dans la pure tradition du Fantôme de l’Opéra ou du Maître et Marguerite, énigme où les mystères s’emboîtent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafon mêle inextricablement la littérature et la vie.

Le mot de Moi :

Je ne sais pas si ce livre est de la grande littérature, mais là n’est pas l’important, j’ai commencé ce livre et je me suis complétement laissée envahir par l’histoire, j’ai vécu ce livre aux travers de ces personnages et de leurs histoires, j’étais pendue à leurs destins. Inutile de vous dire que j’ai aimé !!!!

A lire si vous aimez, les histoires alambiquées, les destins croisés, un brin de surréalisme, une dose de sentiment, des rêves d’enfant, un peu de folie….laissez vous tenter.


Important : en cas d’urgence

emoticonemaladedocteur3.gif            Les ambulanciers ont remarqué que très souvent lors d’accidents de la

route, les blessés ont un téléphone portable sur eux. Toutefois, lors des

interventions, on ne sait jamais qui contacter dans ces listes interminables

de contacts.

Les ambulanciers ont donc lancé l’idée que chacun d’entre nous rentre

dans son répertoire, la personne à contacter en cas d’urgence sous le même

pseudonyme.

Le pseudonyme international connu est « ICE » (= In Case of Emergency).

C’est sous ce nom qu’il faut entrer le numéro de la personne à contacter,

utilisable par les ambulanciers, la police, les pompiers ou les premiers

secours.

Lorsque plusieurs personnes doivent être contactées on peut utiliser

ICE1, ICE2, ICE3, etc.

Facile à faire, ne coûte rien et peut apporter beaucoup.

Si vous croyez en l’utilité de cette convention, faites passer le message

afin que cela rentre dans les moeurs                      ambulance.gif                         


Le qui a dit quoi politique

Bon à quelques jour des élections un petit jeu politique, retrouvez à qui appartiennent ces phrases extraites de leurs programmes :

N° 1 : « L’éducation doit devenir une priorité avec les moyens et les personnels sttuaires suffisant pour assurer l’égalité d’accès au savoir pour tous les enfants »

N° 2 : « Ma vision de la France est réaliste et humaine car elle vise à assurer à chaque Français, quels que soient sa race, sa religion, ses choix personnels ou sa condition sociale, le choix de son avenir et la priorité dans son propre pays »

N°3 : « Tous, nous voulons la réouverture des bureaux de poste dans toutes les communes, tous, nous voulons la réouverture de nos écoles communales et de nos classes, nous voulons l’abrogation des lois antilaïques, nous voulons défendre tous les emplois, dans l’industrie, dans l’agriculture, nous voulons la réouverture de nos hôpitaux et de nos maternités »

N°4 : « Augmenter le budget de la recherche de 5% par an pendant dix ans. Exempter d’impôt les revenus des brevets déposés par les chercheurs résidant en france »

N°5 : « Relancer l’emploi, c’est faire le choix de bons salaires, d’une Sécurité d’emploi et de formation pour toutes et tous, c’est faire le choix d’une politique industrielle et de recherche dynamique qui développe le potentiel de notre pays »

N°6 : « Nous allons bâtir ensemble un ordre juste : faire reculer les précarités, les ingégalités, les brutalités, les violences ; assurer les sécurités nouvelles de l’emploi, des salaires et des retraites, du logement et de la santé »

N°7 : « Pour éradiquer la pauvreté  et faire cesser la violence et les humiliations. Pour en finir avec la compétition acharnée, l’angoisse de la précarité et le stress au travail »

N°8 : « Je favorisai fiscalement les petites entreprises qui créént de l’emploi plutôt que de subventionner les multinationales qui licencient et délocalisent pour accroître leurs profits. J’encouragerai l’apprentissage. »

N°9 : « L’état, de son côté, peut et doit créer des emplois dans les services publics qui se dégradent tous, faute d’effectifs en nombre suffisant. Il faut embaucher le personnel nécessaire danjs les hôpitaux publics, dans les maisons de retraite, à l’Education nationale, dans les transports publics. »

 N°10 : « Je demanderai aux entreprises de faire un effort sur les salaires, en contrpartie de l’effort de l’Etat sur les allégements des charges, et je garantirai l’égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes. »

N°11 : « Interdire à vie toutes responsabilités  publiques, associatives ou électorales pour tout élu ayant été condamné dans des affaires financières ou au pénal. »

N°12 : « L’éducation, la santé, l’énergie, la culture, l’eau, les télécommunications ou les transports…ne sont pas des marchandises. Ils doivent revenir à une logique de service public. »

A noter l’ordre des candidats est aléatoire sans aucune priorité à une conviction politque.

L’idée de ce petit jeu m’est venue en me promenant sur le blog de Marie Christine’sweblog

http://unelouvedeputeaux.blogdns.org/

qui a eu la bonne idée d’ouvrir le débat sur nos convictions politiques.

Alors maintenant à vos claviers !!!!

Réponses après le 1er tour….


Les joyaux de la planète souffrent de la chaleur, alerte le WWF!!!

wwf.jpg   Publié bien avant le rapport du Groupe de travail II du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), le document du WWF souligne également le travail entrepris par le WWF dans chacune des dix régions afin de mettre en place des programmes de protection face aux dérèglements climatiques.

« Tout en continuant à faire pression sur les gouvernements pour obtenir la réduction des émissions de gaz à effet de serre, nous travaillons également sur des stratégies d’adaptation pour aider à protéger ces joyaux qui font partie de notre patrimoine planétaire et à soutenir les populations qui y vivent  » explique Docteur Lara Hansen, Responsable du Programme sur le changement climatique au WWF. « Nous tentons par tous les moyens de gagner du temps pour que des mesures soient prises afin de stopper le changement climatique. »

Le Grande Barrière en Australie est menacée par le réchauffement des eaux à l’origine du blanchiment et de la mort du corail. De son coté, le fleuve Yang-Tsé-Kiang fait face à des pénuries d’eau dues à la fonte des glaciers. Face à la menace, le WWF évalue la situation. Il met en place des projets pilotes destinés à montrer au gouvernement et aux communautés locales comment mieux s’adapter aux effets du changement climatique.

Parallèlement, la multiplication incessante des incendies de forêt pourrait annoncer la disparition d’une des plus grandes forêts du monde. Les forêts valdiviennes au Chili et en Argentine sont dotées d’arbres qui atteignent jusqu’à 3.000 ans. Le WWF et ses partenaires locaux luttent pour obtenir un statut de protection pour ces exceptionnelles forêts anciennes.

« Des tortues aux tigres – du désert de Chihuahua aux immenses forêts Amazoniennes – tous ces trésors naturels sont menacés par l’augmentation des températures, » explique Lara Hansen. « Même si on peut améliorer l’adaptation de ces écosystèmes au changement climatique pour ne pas les voir disparaître complètement, seules des mesures draconiennes de réduction de gaz à effet de serre auront une efficacité sur le long terme pour assurer leur sauvegarde. »

Les dix joyaux menacés

Le rapport Sauver les joyaux naturels du changement climatique présente dix écorégions exceptionnelles, les menaces et les réponses du WWF. Les dix régions sont la Grande Barrière en Australie et d’autres massifs coralliens ; le désert de Chihuahua au Mexique et aux Etats-Unis ; la tortue imbriquée ou la tortue à écaille dans les Caraïbes ; l’un des plus vieux témoin vivant du climat : la forêt tropicale valdivienne ; les tigres et les populations dans les Sundarbans en Inde, la rivière Yang-Tsé-Kiang en Chine ; la forêt Amazonienne ; le destin du saumon sauvage dans la mer du Béring ; les glaciers en fonte d’ Himalaya et les forêts côtières de l’Afrique de l’Est.

Source : wwf.frpanda3.gif           panda2.gif          panda1.gif

Alors quelques gestes au quotidien peuvent contribuer au retardement de ces catastrophes….

Et si vous le souhaitez (pour les plus courageux) testez votre empreintre  écologique sur le lien  ci-dessus, vous verrez c’est édifiant !!!

http://www.wwf.fr/s_informer/calculer_votre_empreinte_ecologique

 


Fascinante planète

Cliquez sur le lien pour en savoir un peu plus sur les echelles de mesure qui font parties de notre monde….

bon voyage,

http://www.nikon.co.jp/main/eng/feelnikon/discovery/universcale/index_f.htm


J’ai fait du kart !!!!

kart2.gif  Moi qui ait peur de conduire me voilà embarquée à une soirée karting….

J’arrive sur le lieu, il y a du bruit, ça sent mauvais, et en plus ça va vite !!!

 Je me dis jamais je vais pouvoir monter dans ces engins, à ma vue des petits bolides.

Bref pas le temps de dire ouf me voilà avec une tenue de pilote sur le dos et un casque (pourquoi c’est dangereux ???)

Allez c’est parti, comment ça se manoeuvre ce truc ?, bon en fait c’est assez simple un volant deux pédales une pour accélerer et heureusement l’autre est là pour freiner.

Premier tour, je suis pas rassurée, puis vient le deuxième, allez tient c’est marrant de prendre les virages,

En fin de compte je trouve cela plutôt rigolo, et on se laisse assez facilement prendre au jeu…l’envie d’accélérer et d’essayer de bien prendre les virages en les serrant, et en plus c’est mieux qu’en voiture car on peut essayer des trucs que l’on ne peut pas faire sur la route sans risquer sa vie et celle des autres.

Hihi, je me suis bien amusée et aujourd’hui j’ai des courbatures mais moi je dis à quand le parachutisme !!!!

kart.gif


Le Vanuatu

vanuatu2.jpgLa République du Vanuatu est un État de Mélanésie situé dans le sud-ouest de l’océan Pacifique, en mer de Corail. L’archipel est situé à 1 750 kilomètres à l’est de l’Australie, au nord-est de la Nouvelle-Calédonie, à l’ouest des îles Fidji et au sud des îles Salomon.

Il y a 5000 ans (3000 av. J.-C.), des habitants du littoral de la Chine du Sud, cultivateurs de millet et de riz, commencent à traverser le détroit pour s’installer à Taiwan: ils constituent l’origine de la grande famille austronésienne. Les Austronésiens sont sans doute les premiers navigateurs de l’histoire de l’humanité. Vers 2000 av. J.-C., des migrations ont lieu de Taiwan vers les Philippines et vers l’Indonésie. Vers 1500 av. J.-C., un autre mouvement mène des Philippines en Nouvelle-Guinée et au delà, les îles du Pacifique: cette expansion est celle de la civilisation Lapita. L’archipel du Vanuatu est donc habité depuis des milliers d’années; les vestiges les plus anciens qui ont été trouvés datent du IIe millénaire av. J.-C.

 Le premier explorateur européen à atteindre l’archipel fut le Portugais Pedro Fernández de Quiros en 1606.

James Cook visita ces îles vers la fin du XVIIIe siècle, et leur donna le nom de Nouvelles-Hébrides. Pendant tout le XIXe siècle, l’archipel constitua un terrain de conquête particulier pour les missionnaires protestants et catholiques, ainsi que pour les baleiniers ou les santaliers.

En 1906, les Français et les Britanniques fondèrent ensemble un condominium franco-britannique, le condominium des Nouvelles-Hébrides.

Durant les années 1960, les Néo-Hébridais cherchèrent à obtenir davantage d’autonomie, et l’indépendance leur fut finalement accordée par les deux nations colonisatrices, le 30 juillet 1980.

Pendant les années 1990, Vanuatu éprouva une certaine instabilité politique, qui s’est calmée dans les années 2000.

Le Vanuatu est une république parlementaire. Le droit de vote est accordé à tous les citoyens de plus de 18 ans.

Le président est le chef de l’État. Il est élu pour un mandat de 5 ans. Le premier ministre est le chef du gouvernement. Le rôle du président est assez réduit par rapport à celui du premier ministre.

Le système judiciaire est basé sur le droit britannique et français.

Le pouvoir législatif est exercé par une seule chambre de 52 sièges renouvelés tout les 4 ans.

Kalkot Matas Kelekele est le président du Vanuatu depuis le 16 août 2004. Ham Lini est le premier ministre depuis le 11 décembre 2004.

Le Vanuatu est divisé en 6 provinces : Malampa, Penama, Sanma, Shefa, Tafea, Torba.

Carte de Vanuatu avec la Nouvelle-Calédonie

Carte de Vanuatu avec la Nouvelle-Calédonie

Le Vanuatu se compose de 83 îles, dont deux – l’île Matthew et l’île Hunter – sont également réclamées par le territoire français d’outre-mer de Nouvelle-Calédonie. La plupart des îles sont montagneuses et d’origine volcanique. Elles ont un climat tropical ou subtropical.

Les deux uniques villes du pays sont Port-Vila, la capitale, située sur l’île Efate; et Luganville, située sur l’île d’Espiritu Santo.

Certaines îles volcaniques sont encore en activité, comme les îles de Tanna avec le volcan Yasur, d’Ambrym avec les volcans Marum et Benbow et Aoba (Ambae) et Lopevi avec les volcans éponymes. D’autres volcans sont endormis comme le Mont Garet sur l’île de Gaua, ou le Karua, volcan sous-marin situé dans la caldera de Kuwae antre les îles d’Epi et de Tongoa. Cette caldera, maintenant sous-marine, s’est formée lors d’une éruption cataclysmique en l’an 1452 qui a profondément modifié la morphologie des îles.

En novembre 1999, un grave tremblement de terre suivi d’un tsunami ravagea l’île de Pentecôte et laissa des milliers de personnes sans foyer. En janvier 2002, un autre puissant tremblement de terre, également suivi d’un tsunami, endommagea la capitale, Port-Vila, et ses environs.

Plaine de cendres du volcan Yasur

Plaine de cendres du volcan Yasur                   yasur.jpg              

yasur2.jpg

Pour 65% de la population qui vit dans les zones rurales de l’archipel, l’économie est basée principalement sur une agriculture et une pêche de subsistance à l’échelle de petits villages. La pêche, les services financiers offshore, et le tourisme, avec environ 50 000 visiteurs en 1997, sont d’autres secteurs économiques importants. Les dépôts de minerai sont négligeables; le pays n’a aucun gisement connu de pétrole. L’industrie est peu développée : seule une petite industrie légère approvisionne le marché local. Les recettes fiscales proviennent principalement de droits de douanes. Le développement économique est gêné par la faiblesse des exportations, la vulnérabilité aux catastrophes naturelles et par les grandes distances entre les îles et les deux villes du pays. vanuatu.jpg

La croissance du PIB fut de moins de 3% en moyenne durant les années 1990. Vers la mi-2002, le gouvernement a intensifié ses efforts en vue d’augmenter le tourisme.

Au Vanuatu, il n’y a aucun impôt sur le revenu, aucune retenue d’impôt à la source, aucun impôt sur les plus-values, aucun droit de succession et aucun contrôle des changes. L’Australie et la Nouvelle-Zélande sont les principaux fournisseurs de l’aide étrangère. Le Vanuatu est un paradis fiscal qui ne fournit pas à d’autres gouvernements ou agences d’application de loi, d’informations sur les comptes financiers. En réponse aux préoccupations venant de l’étranger, le gouvernement a promis d’améliorer la réglementation de son centre financier offshore. Le Vanuatu est également un pavillon de complaisance.

En 2006, le Vanuatu a été classé comme le pays le plus heureux au monde par le Happy Planet Index[1].

Les 200 000 habitants de Vanuatu, ou ni-Vanuatu, sont en majorité (95%) des populations autochthones, Mélanésiens et Polynésiens arrivés à date ancienne.
Le reste de la population Ni-Vanuatu est composé d’autres insulaires du Pacifique, d’Européens et d’Asiatiques.

Le Vanuatu possède trois langues officielles : l’anglais, le français et le bichelamar. Ce dernier est un pidgin en voie de créolisation, essentiellement à base d’anglais (avec quelques éléments lexicaux provenants du français et des langues mélanésiennes du nord Vanuatu).

Mais la grande richesse du Vanuatu réside dans son impressionnante densité linguistique, la plus forte de la planète. Pour une population d’environ 200 000 habitants, on compte pas moins de 110 langues différentes, sans compter les dialectes. Toutes ces langues appartiennent à la branche océanienne de la famille austronésienne.

Le christianisme est la religion dominante au Vanuatu, mais se trouve éclaté en de nombreuses Églises différentes. L’Église presbytérienne, à laquelle adhère environ un tiers de la population, est la plus importante d’entre elles. De nombreuses sectes, la plupart protestantes, s’établissent parmi la population du Vanuatu.

waterfront2.jpg Restaurant à l’arrivée des voiliers, avec tous les pavillons des pays qui y ont accosté, superbe !!!


19 ans déjà….

Je t’aime tout simplement.


La tête de maman

tetemaman.jpg

C’est un film français sans effets spéciaux, pas de beaux paysages…..

Juste des des scènes posées, de drôles de dialogues, et en fait c’est pas une comédie.

L’histoire d’une jeune fille, période difficile de l’adolescence, en opposition sur tout avec une mère malade dépressive.

Elle va chercher à comprendre pourquoi sa mère a été heureuse et pourquoi elle ne l’est plus.

C’est beau, c’est simple, tout se joue sur la corde de l’émotion, la sensibilité.

J’ai aimé.


12

La vie est belle!!! |
le Blog des copains... |
Fernand@ntonin Productions |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Master SEER
| All you need is love
| Entre autres considérations