leblog


  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 22 février 2007

Nouvelle Calédonie 1

                                                                                                                  

        L’emblème…..nclogo.jpg

nc5.jpg 

 

Le Lagon…….. 

                                                                                                                       

                                                                                                                      images1.jpg C’est là…..

 La Nouvelle-Calédonie est un archipel d’océanie situé en Mélanésie – situé à quelques degrés au nord du Tropique du Capricorne. C’est une collectivité d’outre-mer rattachée à la France – dont elle est distante de près de 20 000 kilomètres – à statut particulier depuis la signature des accords de Nouméa dans l’attente d’un référendum local prévu en 2014 portant sur son indépendance ou son maintien au sein de
la République française. Sa superficie est d’environ 19 100 km². Elle est située dans l’océan Pacifique à 1500 km à l’est de l’Australie et à 2 000 km au nord de la Nouvelle-Zélande. Et pas loin du Vanuatu, anciennement les Nouvelles Hybrides qui ont pris leur indépendance il y a environ 30 ans.

Comme l’attestent des fragments de poterie Lapita retrouvés, les premiers habitants de
la Nouvelle-Calédonie auraient posé le pied sur le territoire, il y a environ 3 000 ans. On appelle Lapita la période de 1 300 à 200 av. J.-C. Durant la période suivante,
Naia Oundjo, les Canaques (hommes en langage polynésien) maîtrisent l’art de la pierre polie, et basent leur civilisation sur la culture de la terre (principalement ignames et taros). Lors de rituels guerriers, des tribus pratiquent aussi le cannibalisme.

Le 5 septembre 1774, le navigateur anglais James Cook aperçoit
la Grande Terre. Il la baptise « New Caledonia » en l’honneur de l’
Écosse. En effet, on dit que l’aspect des côtes lui aurait rappelé cette région de Grande-Bretagne, dont Cook est originaire (Caledonia est l’ancien nom latin de la province correspondant à l’Écosse britannique).

Il est probable qu’en 1788, l’expédition française conduite par La Pérouse reconnaît la côte Ouest à bord de l’Astrolabe et de
La Boussole, juste avant de sombrer dans un naufrage sur le récif de
Vanikoro aux Îles Salomon. En 1793, le contre-amiral français Antoine Bruny d’Entrecasteaux, parti en 1791 à la demande de Louis XVI pour retrouver La Pérouse, passe au large de la Nouvelle-Calédonie, reconnaît la Côte Ouest dela Grande Terre et se serait arrêté notamment aux Îles Loyauté. Néanmoins, on attribue la découverte de ces dernières à l’explorateur français Jules Dumont d’Urville en 1827 qui fût le premier à les situer précisément sur une carte.

Aprèsla Commune de Paris, la Nouvelle-Calédonie, sert de lieu de déportation pour de très nombreux anciens communards condamnés par les conseils de guerre mis en place par le gouvernement Thiers.

La Nouvelle-Calédonie est centrée autour d’une île principale, la Grande Terre. Elle comprend également plusieurs ensembles d’îles plus petites, les îles Belep au nord de la Grande Terre, l’île des Pins au sud,   les îles Loyauté à l’est (Ouvéa, Lifou, Tiga et Maré).

                                                         

                                                    L’ Iles des Pins …                                                iledespins.jpg      

       nc4.jpg

 

        Ouvéa…

                                                                                                 .ouvea1.jpg   

   ouvea.jpg

     La perruche d’Ouvéa …                                                                                                        ouvea2.jpg            

La Grande Terre est nettement plus grande que toutes les autres îles. Les îles Loyauté, Lifou, Maré, Ouvéa, Tiga, sont situées à une centaine de kilomètres au large..

La lagon calédonien a une surface totale de 24 000 km², ce qui en fait l’un des plus grands lagons du monde (et que l’on présente également généralement comme « le plus beau lagon du monde » ) ; il est ceinturé par une barrière de corail d’une longueur de 1 600 km, située entre 10 et 50 km des terres. La température des eaux varie entre 21 et 28°.

Le territoire jouit d’un climat tropical océanique . La température annuelle moyenne est de 22,5°. On partage l’année en deux saisons : la saison chaude, ou été austral, de mi-novembre à mi-avril, avec des températures maximale de 28 à 30° (mais pouvant aisément dépasser les 30°), commence avec une période de forte sécheresse mais finit avec de forts taux d’humidité. Elle comprend également la saison des cyclones qui peut s’étirer de fin-décembre à mai. La saison fraîche est plus sèche, avec en moyenne des températures de 20 à 23°.

La côte Est, humide, présente des paysages tropicaux (palmiers…) tandis que la côte ouest, plus sèche, offre un paysage de brousse.

La capitale du pays, Nouméa, en est aussi la principale ville. Elle compte 91 386 habitants au dernier recensement de 2004. Le Grand Nouméa (avec les communes voisines de Païta, Dumbéa et Mont Dore) compte 146 000 habitants.

La Nouvelle-Calédonie est aussi dénommée familièrement par les descendants de colons français et les zoreilles « le Caillou », tandis que le terme « Kanaky » a une connotation indépendantiste et identitaire en référence au terme kanak, terme d’origine hawaiienne, répandu dans le Pacifique par les  navigateurs européens.

                                                 .kanak.jpg

Le français est la langue officielle, mais il existe 28 langues locales (qui sont des langues austronésiennes) dont quatre ont le statut (entre autres pour des raisons historiques) de « langue régionale » : Les autres langues parlées par les communautés vivant dans l’archipel sont le bichelamar, le wallisien, le futunien, le tahitien le vietnamien et l’indonésien.


La Nouvelle-Calédonie se distingue notamment par une
biodiversité d’une étonnante richesse et originalité. Le taux d’endémicité est le plus élevé au monde.


La Nouvelle-Calédonie est peuplée de différents groupes ethniques :

  • les mélanésiens (les Kanak ou canaques)

  • les descendants d’européens historiques souvent métissés (les Caldoches, principalement d’origine française, notamment alsaciens-lorrains ayant quitté leur région après l’annexion de l’Alsace-Lorraine par l’Allemagne après 1870).Mais on retrouve plus généralement les descendants des anciens prisonniers français lors de la fameuse période du bagne.(Période coloniale)

  • les autres Polynésiens du sud (dont les Wallisiens et Futuniens),

  • les Européens issus d’une immigration plus récente datant de la deuxième moitié du XXe siècle, et principalement d’origine française

  • divers groupes asiatiques historiques (notamment indonésiens et vietnamiens).

  • il existe également en Nouvelle-Calédonie des descendants des déportés musulmans de la révolte de Mokrani (Algérie), parfois dénommés les Kabyles du Pacifique et d’engagés indiens d’origine réunionnaise venus sous l’impulsion de Gabriel Le Coat de Kerveguen, grand propriétaire cannier réunionnais désireux de faire cultiver la canne à sucre en Nouvelle Calédonie (région de
    la Naïna).

D’autre part, l’attractivité économique de la Nouvelle-Calédonie favorise une immigration importante de populations polynésiennes (notamment de Wallis-et-Futuna, que l’État français tente de freiner par un important programme de développement spécifique à Wallis-et-Futuna, et à la Polynésie française). Aujourd’hui les wallisiens par exemple y sont plus nombreux qu’à Wallis-et-Futuna, et des conflits ethniques se produisent avec les mélanésiens .


La Nouvelle-Calédonie détient plus de 20% des réserves mondiales connues de
nickel. L’économie locale a beaucoup souffert de la baisse des cours de ce métal dans les années 90 et qui représente le principal produit d’exportation.

L’agriculture est peu développée du fait du manque de terre cultivable et le territoire doit importer des denrée alimentaires, faute d’autosuffisance (20% des importations).

Les autres sources de revenu du territoire sont :

  • le tourisme, en provenance du Japon, de l’Australie et de Nouvelle-Zélande

  • et surtout les transferts financiers depuis la métropole (35% du PIB du territoire)

Le Kaneka est une forme musicale née au milieu des années 80, lors des événements politiques qui ont secoué l’île. Le Kaneka trouve son origine dans le battement binaire produit sur un tronc d’arbre central lors du « Pilou », rythme traditionnellement utilisé lors des cérémonies tribales kanak. Le meilleur représentant de ce style est la troupe de danseurs We Ce Ca, mené par le chanteur Tim Sameke, qui mêle chorégraphies traditionnelles et musiques adaptant le Kaneka à un style plus moderne, avec notamment l’introduction de sons et de rythmiques électroniques, qui ont rendu ce groupe particulièrement populaire.

foretnoyee.jpg  Le parc de la Rivière Bleue et sa célèbre forêt noyée, dans le Sud

                                                                     Yaté, le Sud….   yate.jpg                                      

 fougere.jpg   Une fougére arborescente………..

                                                                                                              Une jolie fleur………. nc3.jpg

 chambranle.jpg Un chambranle, à l’entrée des cases traditionnelles……

 

 

 

 


La vie est belle!!! |
le Blog des copains... |
Fernand@ntonin Productions |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Master SEER
| All you need is love
| Entre autres considérations